• Sur les rivages de l'amour

     

    SUR LES RIVAGES DE L'AMOUR

     

    Sur les rivages de l'Amour,
    Deux corps se muaient chaque jour;
    Se dévêtant, simple appareil,
    Pour plonger en cette merveille.

    De ces deux corps au coeur léger,
    En l'innocente nudité,
    Qui eût pu dire ce qu'il advint
    Quand se rejoignirent leurs mains?

    Braisés, ardents, de mille feux,
    Deux coeurs alors firent aveu,
    Et de deux corps firent deux âmes: 
    L'une fut l'âtre, l'autre la flamme! 

    Alors en son sein enlacés,
    L'Amour sentit passion brûler;
    Et d'affluents pour amplifier,
    Il fut donné mille baisers.

    Leurs corps furent alors bercés
    De cette eau par le vent muée:
    De ce ressac, ce va et vient
    Naquit le tendre chérubin!



    Alain


  • Commentaires

    1
    maud83
    Lundi 7 Juillet 2008 à 21:17
    J'adore ! merci pour tes commentaires ! ça fait très plaisir :)
    2
    coryphee
    Mercredi 11 Février 2009 à 15:22
    Merveilleuse ode ?'AMOUR ! BRAVO, ce po? est superbe.
    Bien amicalement. Coryne H.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :